Mardi 28 septembre 2 28 /09 /Sep 22:28

 8363457b.jpgeurope_immigration-f8ab3.gifetoile.jpg

         

           A l'heure des lois sur l'immigration et malheureusement les amalgames diffusés de plus en plus dans les médias et dans les discours; il est bon parfois de se plonger dans l'histoire! Les alliances entre nations aujourd'hui se fondent sur le recours de leur histoire commune! Chaque nation regardant les points de connexions possible pour bâtir les alliances futurs.

La France et l'Allemagne, les Etats-Unis et la Grande Bretagne, au passé conflictuels, complexe; ont su faire un point sur leurs zones d'ombres. Ils ont eu selon la position de chacun dans le passé et les griefs envers l'autre, et surtout demander PARDON pour un passif lourd pénible, émotionnellement pesant. C'est à partir de cette démarche que le cheminement et la projection commune vers le futur a été rendu possible, inéluctable.Le socle de l'Union Européenne repose sur le couple Franco-Allemand à dessein. L'Allemagne a résolument opté pour une politique de réparation des victimes de la Shoa et de prévention de tout comportement rappelant ou encourageant un retour au nazisme et fascisme!

 

Cette démarche, les nations "occidentales" ne l'ont pas engagé avec (pour certaines), leur anciennes colonies où territoires administrés sous tutelle ou mandat à eux confiés par la SDN puis l'ONU.

Elles gagneraient à le faire pour enfin solder en toute humilité le passée douloureux du 19è et  20è siècles, bien plus avant celle méprisée du commerce et négoce des noirs d'Afrique. Plus le temps passe, plus les événements tragiques s'accumulent, plus  l'impératif de cette réconciliation s'avère inéluctable.

 

L'histoire si on prend la peine de s'y plonger peut dénouer des crises. L’histoire peut aussi faire tomber des chimères, des contres vérités entretenues depuis longtemps dans les mentalités!

 

L'histoire des origines de la tête noir avec le bandeau sur le drapeau corse, et les deux têtes sur le drapeau de la Sardaigne, pourrait si on y prête attention, amener les tenants de l'idéologie raciste à pour peut qu'ils se réclament de l'héritage de leur ancêtre, permettre de changer leur vision de l'étranger de couleur noir ou brun, de l'étranger tout court. Lisez cet extrait sur saint Maurice exécuté en 286 après JC.

 

Saint Maurice et ses compagnons, martyrs à Agaune, devenu depuis Saint Maurice du Valais.
Dès que Maximien devint empereur d'Occident (286), il décida d'y exterminer les chrétiens.
Pour cela il fit venir de Thèbes en Egypte la légion qui s'y trouvait cantonnée.
Il n'aurait pu tomber plus mal.
Les six mille soldats qui la composaient étaient chrétiens. Ils refusèrent d'exécuter les ordres impériaux. Sur quoi ils furent massacrés jusqu'au dernier. Telle est du moins la légende de la Légion thébaine. Ce qui est vrai sans doute, c'est que le décurion Maurice et plusieurs légionnaires refusèrent de prendre part à une cérémonie païenne. Ce pourquoi ils furent exécutés. Au siècle suivant, une basilique s'élevait à cet endroit.

« Empereur, nous sommes tes soldats, mais aussi les serviteurs de Dieu. A toi, nous devons le service militaire, à Lui une conscience pure. Nous sommes prêts à porter les mains contre n’importe quel ennemi, mais nous estimons que c’est un crime que de les ensanglanter en massacrant des innocents. Nous avons d’abord prêté serment envers Dieu, ensuite nous avons prêté serment envers le souverain. Sois persuadé que le second n’a plus aucune valeur pour nous si nous avons rompu avec le premier ».

Tête de maure ma tête de turc? L'instrumentalisation de certaines races,nous savons ce qu'elle a coûté à l'humanité entière!

Ernest Mbong

Par Panthère eco - Publié dans : Politique & économie - Communauté : Le monde bouge !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 25 septembre 6 25 /09 /Sep 13:52

link


Première Tentative de COUP D'ETAT de Dramane Ouattara

             Tristes et pitoyables ces gens  qui se disent des hommes politique et n'en ont aucune envergure! Et dire que certain ont tout fait pour prendre la succession d'Houphouët en se disant " fils spirituel".C'est l’un d’eux Henri Konan Bédié, qui introduit le concept « d'Ivoirité », et son manque de vision a occasionné embrasement  de la Côte d'Ivoire, à feu et à sang! Aujourd'hui, on vient accuser Gbagbo des faits dont il n'est nullement ni à l'origine, ni auteur, ni responsables en tenant compte de l'historicité! Alassane Dramane Ouattara(ADO), les rebelles et le pauvre feu GUEÏ manipulé par les premiers l'a éjecté du pouvoir par un coup d'Etat qui devait permettre à « ADO »de remonter en selle au sommet, lorsque Robert Gueï a été légitimement battu aux élections par Laurent Gbagbo et que le peuple à refusé sa nouvelle tentative de coup de force pour se maintenir, ce dernier à voulu révéler la vérité sur son coup d'Etat, il a été assassiné froidement. Et les auteurs  de cet assassinat sont connus, et on le sait, GBAGBO n'en fait ni de près ni de loin parti! Mais laissons ce pays souffler et se reprendre en main dans la paix. C'est de ça que le peuple Ivoirien a besoin! Allez aux élections et pas de faux fuyants! Les urnes doivent parler proprement! On peut aussi déduire que le climat politique apaisé, depuis quelques temps à  permis d’apporter des lumières sur les positions et réclamations des différents acteurs !

 

             De fait à la lumière des faits, il ressort que les positions des adversaires de Gbagbo s’affaiblissent chaque jour, parceque confronté à l’analyse des électeurs et de l’opinion. Comme une épaisse fumée qui se dissipe la vérité fait ressortir, une couche si mince de crédibilité aux positions d’Alassane Dramane Ouattar, Henri Konan Bédié qu’il est louable de se demander comment est-ce qu’on a pu nous mentir depuis si longtemps ? Les archives (audiovisuelles) récentes de la RTI et d’autres médias nous ramènent vers des faits réels que beaucoup ont voulu ignorer, ou noyer dans un bombardement médiatique  anti-Gbagbo et finalement contre la Côte d’Ivoire ! Ces positions dénoncés par la Communauté internationale et l’opinion internationale ont été en en tout temps ténus par ceux qui les attribuaient ou laissait hypocritement les attribuer à Gbagbo Laurent. On dit parfois qu’il faut du cynisme pour faire la politique, sauf que cette fois le tribut a été lourd pour le peuple Ivoirien. Il le sera encore tant la reconstruction se poursuivra encore pendant longtemps !

 

              Charles Blé Goudé propose un café politique : lieu de débats politique lors de cette campagne. Au lancement de la campagne au campus de l’université,  il porte un vêtement assimilable à une ténue militaire. C’est une occasion en que saisissent  les partisans de l’opposition pour dire qu’il vie nua débat en ténu de l’armée.   « L’habit ne fait pas le moine » dit les penseurs ! Blé Goudé lui  n'est pas armé comme ceux qui le sont encore et refusent de déposer les armes, alors qu'ils ont tout ce qu'ils voulaient! Quand est-ce que les gens pourront enfin faire preuve d'honnêteté? C'est un combat d'idées  à travers les débats argumentés  auquel invite une campagne électorale! C'est ce que Gbagbo invite à faire et que relaye Charles Ble Goudé! Si les gens n'ont ni idées constructives, ni argumentaires, ni faits pour étayer leurs positions ("politique") c’est qu'ils n'ont rien à proposer au peuple Ivoiriens. Dans ce cas le refus du débat politique ne peut qu’être évident. Et alors c'est que "leur combat" n'est pas politique !

              On peut sans risque de se tromper  dire que garder des troupes armées alors que l'Etat a intégré celles-ci et coptés les grades fantaisistes attribués aux seins de la rébellion(des hommes troupes proclamés officiers, des sergents passant directement généraux etc.),c'est dis-je une forme de rébellion contre l'autorité et les intérêts de la nation. Mais si rébellion, il y'a c'est contre qui et pour quels motifs cette fois? Les sois-distantes revendications à "l'origine" de "la prise d'armes contre la nation» ont été plus que satisfaites! Bien  plus Gbagbo s'est avec humilité accordé une démarche exclusivement progressiste, en accordant une main tendu sans exclusive! Cédant presque aux caprices du soit disant "commandement armé de la rébellion"; ceci pour favoriser le retour de la paix! Il est plus que temps que ces hommes armés qui continuent à agir comme des bandits laissent le peuple Ivoirien respirer!

               Il est temps que la Communauté internationale regarde avec la même ferveur  que lorsqu’on  accablait  el pouvoir Ivoirien ; le comportement de ces bandes armées qui sont à l'origine de l'insécurité grandissante en Côte d'Ivoire! Il est temps qu’ils laissent le Gouvernement remettre en place les démembrements de l'Etat qui ont été dévastés pendant la guerre! Il est temps que les préfets, maires et autres élus puissent faire marcher les institutions dans toutes les zones qui sont encore de fait occupés (je dirais pris en otage par une bande de malfrats)!La Côte d'Ivoire veut revivre et retrouver la prospérité! Une bande  de bandits ne doit et ne peut empêcher un peuple d'aspirer à un mieux vivre ensemble, à se développer! Hier c'est un attentat contre le Premier ministre leur Secrétaire général, puis c'est les résidences saccagés et brûlées! Cela ne peut durer impunément dans un pays souverain!

           "Enough is enough», nous voulons tous voir ce pays revenir en pays et se rebâtir! Nous voulons le voir pleinement réintégrer le circuit économique de la sous région et de l'Afrique en général. Qu'on soit Ivoirien(e) ou non, nous ne pouvons qu'appeler a une prise de conscience de tous! Il n'ya pas de sécurité pour les populations tant que des hommes armés en bandes feront leur lois contre les intérêts de la nation! C'est seul l'Etat qui autorité en la matière!

Et la Côte d'Ivoire est  souveraine! Il est plus que temps que cela cesse!

 

Ernest Mbong

Consultant

Par Panthère eco - Publié dans : Politique & économie - Communauté : Journalistes et clubs presse
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 29 mars 1 29 /03 /Mars 13:01

Sans vouloir ici faire étalage tel un exégète de l'économie que je ne suis pas, de savoir et recette toute faite; je voudrais proposer juste quelques pistes qui me semblent explorables, si cela n'est déjà pas le cas pour certaines collectivités territoriales.


Les promesses du gouvernement

Le gouvernement fillon a, parallèlement à la suppression de la Taxe Professionnelle, pris l'engagement de reverser certaines taxes comme la TIPP et une nouvelle imposition la contribution économique territoriale (CET) au profit directement au niveau des collectivités territoriales. La CET consiste à deux niveaux d’impositions :
     -  La cotisation locale activité(CLA) indexée sur les valeurs locatives foncières (revalorisation forfaitaire des valeurs locatives foncières: CGI art. 1518 bis).
     -  La cotisation complémentaire (CC) équivaut à la valeur ajoutée produite par l’entreprise multipliée par un taux fixé au niveau national et variable selon l’importance du chiffre d’affaires.
Un plafonnement à 3% de la valeur ajoutée produite par l'entreprise serait tiré du total des deux cotisations.
Pour les contribuables dont la charge d'impôt croitrait du fait de la reforme, un écrêtement sur cinq ans serait proposé. Par ailleurs la valeur ajouté prise en compte pour le calcul de la cotisation complémentaire serait généralisée et ne porterait que sur 80% du C.A  réalisé par les entreprises

Mais qu'on ne se leurre pas, il s'agit bien de combler une enveloppe moyenne de 22 milliards qui alimentait les budgets des différentes régions, la TIPP, la CET pourront t'elles combler cette enveloppe?

Pensez diversifications des sources de recettes:

La diversification des sources de recettes est possible sans pour autant augmenter ou créer de nouveaux impôts.
Elle se présente comme une réelle alternative, autant que le permet la législation complexe en la matière.

1) Investir dans vos entreprises :


La force des Régions réside en grande partie dans les dispositifs de soutien à la création  et reprise d'entreprises qui
permettent de créer de l'emploi. La plupart des régions ont mis en place une panoplie de leviers pour faciliter la création ou la reprise d'entreprise. Et le nombre d'entreprises qui ont vu le jour ou vivent et continue leur  développement grâce à ces mesures prouvent que les dispositifs ont été un très bon investissement

Les collectivités territoriales peuvent tirés encore plus de revenu de ces entreprises non pas par un nouvel impôt. Elles peuvent l faire en prenant plus de participations dans le capital de ces entreprises. Quelques expériences sont en place, elles méritent d'être intensifiées.
En consacrant plus de fond à placer dans les entreprises vivant sur leur territoire, les collectivités vont tout comme l'Etat le fait, tirés à moyen ou à long termes des royalties intéressants au regard des bons résultats enregistrés par certaines entreprises. Il ne faut plus saucissonner  les fond pour la prise de participations dans les entreprises. Quant on voit le succès notamment des start-up du web ou de tout ce qui est geek aujourd'hui, des réseaux sociaux, on peut dire que cela pourrait constituer une véritable source de revenues pour les collectivités.

2) Développement durable et écologie

La montée en puissance des entreprises vertes dont beaucoup sont soutenues par les collectivités territoriales
 représentent l'autre source de financement à conditions que les régions et collectivité locale consacre à y investir comme tout "business Angel". En plus de cela, en faisant grande attention aux charges de fonctionnement, notamment les dépenses consenties pour la facture énergétique liée à la consommation du parc informatique, les collectivités pourraient réaliser des économies  importantes. En effet la plupart des équipements informatiques des établissements scolaires sont assurés par les régions.

 

 Un simple audit énergétique permettra de faire prendre conscience de l'impact que cela représente sur le budget des régions. En effet un rapport interministériel (TIC et développement durable) datant de mars 2009 évalue à 13% la consommation électrique liées aux TIC dans la consommation totale. Celle-ci serait en croissance de 10% par an.
Un ordinateur de bureau allumé 24/24h consomme de 600 kWh à 1300 kWh par an, entrainant une dépense d'électricité allant jusqu'à 160 euros par an. Quand nous disons allumé, c’est tout mode confondu (active, en mode veille, ou en mode économique d'énergie).


Grace par exemple à un logiciel comme Ernergy saver, on peut réduire jusqu'a 75% la consommation énergétique du parc informatique. Pour vous donner une idée imaginer un parc informatique de 2000 ordinateurs (PC, portable) occasionnant une dépense d'environ 100,000 euros par an. Un tel logiciel peut vous faire réduire cette dépense jusqu'a 25000 euros par an, ceci même pour les vieux ordinateurs avec le processeur Windows 95 encore actifs. Ainsi dans les prévisions d'investissement pour les équipements informatique pour les administrations ou les établissements scolaires, une mise en place de ce dispositif peut vraiment représenter une économie intéressante à réinvestir ailleurs.

3) Créer un fond d'investissement mutuel interrégional:

L'objectif d'un tel fond est de mutualiser les moyens des régions pour attaquer des marchés plus gros. Entendons nous bien, je ne demande pas d'aller risquer l'argent des contribuables sur des marchés à risque pour qu'un nouveau kerviel viennent dilapider le fruit de la sueur des Français.
Ce que je suggère, c’est de miser sur des marchés SECURISES. Il en existe et sont ténues par des spécialistes qui n'ont aucune envie de risquer l'argent mis à leur disposition. Ainsi des placements sécurisés seront proposés avec des échéances de gain à court, moyen termes. Des placements tant en France que sur des marchés non spéculatifs où le risque est très minime  et des possibilités de profit importants. Ce fond pourrait mêmepermettre de racheter des entreprises  françaises et de maintenir ainsi celles-ci  sur le sol français à conditions qu'elles demeurent rentables.
De nombreuses niches peuvent ainsi être exploitées et certaines structures se sont spécialisés dans ce segment de marché et offrent des produits intéressants.

En tout état de cause, les exécutifs n'ont pas le choix et doivent à chaque fois innover pour remplir les attentes de leurs  administrés, et les chantiers sont nombreux. Il y'a beaucoup de demande, de sollicitation et les marges de manœuvres ne sont pas très nombreuses. En tout cas les patrons des régions, de véritables managers ne peuvent plus faire l'impasse sur cette nécessité.


Ernest Mbong
Consultant
Probitea
E-mail: ernestombong@yahoo.fr
 

 

Par Panthère eco - Publié dans : Politique & économie - Communauté : VOTRE ACTUALITE A LA UNE !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 28 mars 7 28 /03 /Mars 18:07

Le 1er Janvier 2010 a sonné le glas pour la TP, la taxe professionnel ressource principale des collectivités territoriales, une manne de 22 milliards d'euros environs, enveloppe globale pour les régions de France.

En 2009, dès l'annonce de la proposition de loi par le gouvernement Fillon, beaucoup d'élus de tous bords avaient sonné le tocsin pour décrier le projet de loi et dire "tout le bien" qu'ils pensaient du gouvernement. C'est particulièrement  l'attitude jugée  arrogante du Président  Sarkozy à vouloir imposer sans consultations préalable des élus, ses projets de réforme unilatéralement. La gauche naturellement fit front pour faire barrage au projet de loi, car détenant  la majorité absolue des  Régions voyaient ainsi une manœuvre du gouvernement pour assécher les ressources capitales dont disposaient les régions.

On se souvient qu'au sein même de la majorité le ton était monté et certains ténors n'hésitaient pas à tirer  à découvert sur le  Premier ministre Fillon. C’est notamment le cas de Jean-Pierre Raffarin ancien premier ministre avait clairement fait campagne contre la reforme telle que proposé en première lecture aux votes du parlement. Jean-Copé Président du groupe UMP n'hésitait pas à décrier l'attitude peut pédagogique du gouvernement quand à l présentation de ces projets de reformes. Gérard Larcher Président du Sénat demandait 6 mois supplémentaire avant de soumettre le projet aux votes. On sait ce qui s'en n'est suivi: après quelques légers réaménagements techniques, le projet est passé et depuis bientôt un trimestre, il est entré en vigueur.

 

Alors comment les collectivités gèrent-elles ce gap énorme dans leurs budgets?

A écouter les élus, cette mesure n'est pas prête d'être digérées par les exécutifs territoriaux. En effet la majorité des présidents de Région se sentent handicapés par cette mesure. Il faut jouer à l'équilibriste pour tenir les programmes qui pour certains courent depuis l'exercice 2009 voir bien avant et surtout qui sont prévus sur le long terme.

Bien sûr  pour la majorité UMP, la promesse du gouvernement de basculer certains autres taxes  perçu directement par l'Etat comme la TIPP, dans les comptes des collectivités locales avait apaisé le camp UMP et permis le vote en seconde lecture du projet de loi. L'hypothèse  d'ailleurs du gouvernement était que la fin de la TP devait impacter positivement sur les investissements des entreprises dans les régions. Pour se faire une idée sur la validité de cette hypothèse économique, il faudra attendre que le gouvernement et pas seulement, nous donne un premier bilan de l'impact de cette reforme sur l'investissement.

 Les élus seront particulièrement vigilants sur les biais éventuels des estimations fournies lors de ce bilan; car de leurs côtés ils voudront spécifiquement que soit ressorti la part, si embellie il y'a, de l'apport de cette reforme sur les investissements.

Chat échaudé...

En tout cas, entre les promesses et la réalité, on sait qu'il y'a souvent un fossé, du moins un certain temps. Et ce n'est faire preuve de mauvaise foi que d'être angoissé. Souvenons-nous de la dernière campagne hyper médiatisée pour la vaccination contre le virus H1N1 (grippe A). Le gouvernement par l'entremise du ministère de la santé avait mobilisé les collectivités territoriales en particulier les mairies pour préfinancer les opérations de vaccinations dans les villes et campagnes de France. Les mairies avaient ainsi mobilisées des fonds importants pour implémenter le dispositif des  centres de vaccinations, avec la promesse faite par le ministère de rembourser les frais prés engagés par les collectivités territoriales.


Aujourd'hui après le scandale de cette campagne, les collectivités peinent à se faire rembourser par le ministère de la santé! De nombreuses  incompréhensions naissent sur les montants des factures présentées par les mairies et on peut se laisser à dire que cela ne va pas finir de si tôt.

Cette exemple démontre la complexité des relations entre le gouvernement et les collectivités territoriales, car ces dernières estiment que nombres de charges aujourd'hui leurs sont dévolues par le gouvernement, sans les moyens idoines pour y faire face. La refonte du système de représentation locale envisagée à moyen terme ne va pas aider à clarifier les choses!


Ernest Mbong
Consultant.
Membre élu de la C.T de l'INETOP.
Probitea.com

Par Panthère eco - Publié dans : Politique & économie - Communauté : Politique française
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 26 mars 5 26 /03 /Mars 17:59

La grande librairie est ouverte: 

C'est parti pour le 30e salon internationale du livre de la Porte de Versailles. Pendant six jours les acteurs du secteur vont exposer leurs  productions. Au programme  beaucoup de séance de dédicaces. En tout cas du beau monde en perspective. 

Quelques chiffres clés:

Cette année c'est pas moins de 40.000 m² de surface, d'exposition qui seront occupés par le monde du livre. Près de 2300 auteurs sont annoncés pour cette édition. Déjà au  programme 600 conférences sont prévues.
Du côté des visiteurs on escompte 220.000 visiteurs cumulés sur toute la durée du salon. Ce sont la les quelques informations que donne le commissaire du salon Bertrand Morrisset.

C'est dire si l'intérêt pour le secteur demeure très important en France avec un maintient assez fort du nombre de lecteurs dont 66% des jeunes  dans la tranche des 15-29 ans (source: 20minutes du 25/03/2010)et pas seulement. Cela est particulièrement réjouissant quand on sait la conversion de ce segment de la population pour tout ce qui est new tech et geek, laissant penser qu'il allait opter pour l’e-book.

En effet le salon cette année se veut très "world" comme le soulignait le gratuit  20minutes dans son édition d'hier 25 mars 2010.Et poursuivre avec d'autres données. Ainsi on apprend qu'en 2007, l'industrie du livre représentait 2,9 milliards d'euros, avec "45 maisons d'édition" produisant "plus de 200 titres par an". Ces maisons totalisaient à elles seules 85% du total des titres publiés (citant comme source le ministère de la culture).

On s'attend donc à voir un grand nombre d'exposant venus du monde entier. Il sera particulièrement intéressant de voir les auteurs et éditeurs de l'espace francophone présent à cette édition, en ce 40è anniversaire de la francophonie. A ce titre il faut noter que la composition du jury sera spéciale cette année ou il n'y a pas d'invité d'honneur comme de coutume. Il se composera donc de  deux listes : une de trente auteurs français, une autre de trente auteurs étrangers, enfin le Centre National du Livre a invité trente écrivains francophones.

Des pages déchirées:

Croire cependant que tout va bien est un peu aller vite en besogne. En effet, si globalement les auteurs ont répondus présents, il n'en va pas de même pour les éditeurs dont certain très réputés ne seront pas présent à cette 30e édition. C'est le cas de Hachette Livre(Fayard,Grasset,Larousse,Calmann-Lévy,Livre de poche etc.) qui sera absent du salon,certaines indiscrétion évoquent le coût trop élevé de la location des stands( NDRL:difficile à croire);mais c'est surtout les effets conjugués de la crise qui explique ces absences.
A côté de cela, aucune place pour l'Autoédition. En effet, c’est ici l'occasion d'attirer l'attention sur ces auteurs qui souvent sont obligés d'être éditeurs de leurs propre ouvrages fautes d'avoir pu être introduit chez un éditeur ayant pignon sur rue. L'Autoédition parent précarisé de l'industrie du livre se meurt petit à petit, dans l'indifférence du ministère de la culture. Quelques uns ont bien sûr eu le badge d'accès au salon en tant qu'auteur, mais le coût d'un stand est totalement hors de prix pour eux.

Verbatim:


Lors de la nuit de remise des césars au Théâtre du Châtelet,le ministre de la culture Frédéric Mitterrand se réjouissait du bon score en terme d'entrées au cinéma en France toute productions confondue pour les premier mois de l'année  2010. Il  ironisait même que mieux valait faire 30% de 200 millions d'entrées que 30 % de 150 millions d'entrées.
Il faut donc espérer qu'au terme de cette 30e édition,les chiffres que nous donnera le ministre de la culture seront aussi réjouissant que ceux du cinéma toute proportion gardée; surtout avec la montée en puissance des venets du livre numérique multiplié par exemple par trois entre 2008 et 2009 aux Etats-Unis.
En tout cas, le salon est absolument à visiter notamment avec le nouvel espace "La scène" qui accueillera : concerts, défilés de mode,"cosplay" ou jeu de rôle grandeur nature (inspirés des mangas en général).

 

Ernest Mbong



Salon du livre du 26 au 31 mars 2010.
10h-19h
Nocturne jusqu'a 22h.
Porte de Versailles (Metro Porte de Versailles)
Tram: T2.

Par Panthère eco - Publié dans : cultures,industrie culturelle. - Communauté : VOTRE ACTUALITE A LA UNE !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recommander

Derniers Commentaires

Texte Libre

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus